Archives expositions personnelles France

Communiqué de presse


«La lumière est le matériau que j'utilise, la perception le médium, mon travail n'a pas de sujet, la perception est le sujet, il n'y a pas d'image car la pensée associative ne m'intéresse pas
James Turrell










.
















 







Exposition du 1er juin au 27 juillet 2013. Galerie Almine Rech, 64 rue de Turenne - 75003 Paris. Tél.: +33 (0)1 45 83 71 90. Ouverture du mardi au samedi de 11h à 19h.




  James Turrell

  Galerie Almine Rech, Paris

  01.06 - 27.07.2013

James Turrell, Galerie Almine Rech, Paris

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

James Turrell, Prado, Red, 1968. Light projection installation. Courtesy the artist and Almine Rech Gallery (Paris / Bruxelles), © James Turrell

James Turrell, Prado, Red, 1968. Light projection installation. Courtesy the artist and Almine Rech Gallery (Paris / Bruxelles), © James Turrell


« Cette exposition présente une œuvre historique de 1968, la projection Prado, Red faisant partie de la première série devenue iconique de l'œuvre de James Turrell. Les Light Reflective Pieces, qui sont des captures de lumière en trois dimensions réalisées par l'artiste dans l'Arizona, sont également exposées avec des sculptures.


En 1966 et 1967, lorsqu'il réalise la série des Projection Pieces (en 1966 et 1967, elles sont blanches, la couleur sera introduite dans les Projections en 1968) constituée chacune d'un projecteur quartz halogène préparé de sorte qu'il projette une forme spécifique de lumière dans l'angle de deux murs ou à plat sur un mur, James Turrell pose les bases de son œuvre de manière fulgurante.

Les
Projections, sortes d'ovnis dans le monde artistique occidental des années 1960, ne furent comprises et reconnues que par un petit nombre.
À cette époque, sur la carte géographique de l'art contemporain occidental, la Californie est un territoire relativement éloigné. «Une terre d'expériences et de liberté», souligne James Turrell, qui peut montrer l'ensemble des Projections en 1967 au Musée de Pasadena (exposition «James Turrell», Pasadena Art Museum, Californie, 1967, où une œuvre fut vendue et l'exposition suscita un intérêt critique auprès de la communauté artistique), et trouver un sponsor à la poursuite de ses recherches auprès du Los Angeles County Museum of Art, dans le «Art and Technology Program» en même temps que l'artiste Robert Irwin et le psychologue perceptuel Edward Wortz.

Il peut notamment créer des chambres expérimentales, entièrement noires ou insonores, ou encore envahies de lumière colorée afin d'explorer les effets de stations dans ces circonstances sur notre vision. Ces travaux tiennent lieu d'études pour des œuvres ultérieures conçues dans les années 1970 et 1980.»
Texte extrait de
Rencontres 9 James Turrell / Almine Rech, Almine Rech Éditions, Éditions Images Modernes, 2005. Le regard en suspens, p. 37-144.

Cette exposition présente une œuvre historique de 1968, la projection
Prado, Red faisant partie de la première série devenue iconique de son œuvre et qui fut montrée au Pasadena Art Museum, ainsi que des Light Reflective Pieces créées en 2012, qui sont des captures de lumière en trois dimensions réalisées par l'artiste dans l'Arizona. Sont également exposées des sculptures en bronze, plâtre et résine du Roden Crater.


Voir aussi sur ArtCatalyse International l’une des expositions consacrées cette année à James Turrell aux Etats-Unis : James Turrell au Guggenheim Museum, New York



Archives expositions personnelles (T)