© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Janaina Tschäpe, Entschlülft

 Janaina Tschäpe, Entschlülft
  Galerie Xippas, Paris
  05.11.2011 - 14.01.2012

Communiqué de presse


L'évolution naturelle du travail vidéo, photographique et de dessin, de Janaina Tschäpe a laissé peu à peu resurgir la peinture dans le foisonnement de sa création, comme l'or et la terre remontent à la surface des rivières les plus vives. Janaina Tschäpe est allemande et brésilienne. Son oeuvre a quelque chose de magique, comme des rites de possession qui se lisent autant à la lumière du romantisme allemand qu'à l'ombre des transes de cultes afro-brésiliens. Il y a de la gestuelle dans le travail. Un déplacement dans l'espace imposé par le canevas, mais aussi un déplacement mental, comme si toutes les oeuvres traduisaient à leur façon un désir de conjuguer tous les présents. Dans ses images, le corps est souvent dépourvu de volonté propre, imprégné de l'environnement qui l'enveloppe et semble le porter.

La double culture, brésilienne et allemande de l'artiste Janaina Tschäpe confère à ses oeuvres une double lecture. Une nature omniprésente où apparaissent des formes hybrides, des couleurs qui nous emportent dans les forêts des montagnes. Poursuivant sa tendance à travestir la nature, et créer des êtres hybrides à l'aide de gonflables colorés, condom remplis d'eau, costumes extensibles et pâte à modeler, Janaina Tschäpe se fait botaniste de l'imaginaire. La série de photographies Melantropics, ainsi que les Botanicas voient apparaître en pleine nature tropicale des formes hybrides et impudiques, aux couleurs et aux matières improbables qui répondent à des noms fleuris tels que Rosalinda Humida, Floribunda Noturna et dont certaines rappellent les dessins du biologiste Ernest Haekle.

















Exposition du 5 novembre 2011 au 14 janvier 2012. Galerie Xippas, 108 rue du Faubourg du Temple - 75003 Paris. Tél. : +33 (0)1 40 27 05 55. Ouverture du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h.

Le dessin, puis la peinture se sont imposés peu à peu au coeur de l'oeuvre. Ils décrivent de grands univers flottants où se côtoient les viscères, les algues et les étoiles. Ses peintures sont d'une beauté envoûtante et légère, un peu matissienne. La texture et les couleurs semblent avoir été prélevées directement dans les forêts des montagnes du Minas Gerais, au Brésil. Pour sa première exposition à la galerie Xippas, Janaina Tschäpe présente son tout dernier travail, faisant suite à sa résidence dans les montagnes désertiques de Dragoon, Arizona, les terres indiennes de Cochise, qui ont tant inspiré Max Ernst. Cette exposition fait suite à la grande rétrospective de Janaina Tschäpe à l'IMMA de Dublin, pour laquelle un catalogue couvrant l'ensemble du travail a été co-édité avec la galerie Xippas.

Janaina Tschäpe, Botanica 25, 2008. Impression sur papier brillant, 51 x 61 cm. Courtoisie galerie Goerges Xippas © Janaina Tschäpe

Janaina Tschäpe, Veratrum Bulbosus, 2006. Impression sur papier brillant, 101,5 x 125,5 cm. Courtoisie galerie Goerges Xippas © Janaina Tschäpe

Janaina Tschäpe, Botanica 25, 2008. Impression sur papier brillant, 51 x 61 cm. Courtoisie galerie Goerges Xippas © Janaina Tschäpe

Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (T)