Marion Tampon-Lajariette, Lost Horizons
   Galerie Dix9, Paris
   18.03 - 30.04.2010

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Zhou Tao, The Training (L’Entraînement)

Communiqué de presse


Jeune artiste française usant des outils de la culture numérique contemporaine, Marion Tampon-Lajarriette joue avec l’image et ses systèmes de représentation. Son exploration des biais par lesquels l’image transforme notre rapport au réel adopte des modes d’action sans cesse renouvelés.


Puisant dans le répertoire d’images préexistantes, qu’elles soient fixes ou en mouvement, elle procède par déconstruction pour donner forme à d’autres images et ouvrir sur un autre champ de possibles. Ce travail s’inscrit souvent dans la dialectique cinéma/art contemporain, où l’artiste explore les oeuvres marquantes du cinéma moderne - de Hitchcock à Chris Marker en passant par Tarkovsky.


Perçu comme objet spatio-temporel, le film est ainsi déconstruit selon un registre de formes : mouvements de caméra, regard caméra, plan séquence, mise en place du décor, usage d’effets spéciaux… En autonomisant certains de ces éléments, l’artiste s’éloigne de l’emprise scénaristique et nous entraine vers un hors-champ infini de l’image.


Pour son exposition à la Galerie Dix9, Marion Tampon-Lajarriette présente un ensemble inédit de vidéos et de photographies. Lost horizon marque une nouvelle étape dans son travail de réactivation d’un imaginaire cinématographique et se place sous le signe du vertige : plongée au coeur de la matière de l’image, chute vertigineuse et perte de repères.









Exposition du 18 mars au 30 avril 2010. Galerie Dix9, 19 rue des Filles du Calvaire - 75003 Paris. Tél.: +33 (0)1 42 78 91 77. Ouverture du mardi au vendredi de 13h à 19h, le samedi de 11h à 19h et sur rendez-vous.




Plaque tournante du dispositif, l’installation vidéo Stream s’énonce comme une fontaine de pixels, évoquant le flux continu d’images d’un univers numérique où travaille l’artiste. Procédant par incrustation de nouvelles figures au sein de plans cinématographiques mis en suspens, la vidéo îles/elles propose une promenade virtuelle dans des lieux insulaires, lieux où se sont perdus des personnages féminins.


L’artiste poursuit ainsi son exploration des décors fictionnels comme lieux d’errance, les histoires qui y étaient contées ouvrant soudain le champ à mille autres récits en leur sein.


Mises en abîme et déambulations virtuelles sont une nouvelle invite au spectateur à hanter et finalement à se perdre dans les images de son propre espace imaginaire.





Marion Tampon-Lajariette, Stream, 2008. Installation couleur muet 10 mn

Marion Tampon-Lajariette, îles/elles, 2010, vidéo son 10mn45'

Marion Tampon-Lajariette, îles/elles, 2010, vidéo son 10mn45'

Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (T)